Vous êtes ici : Accueil > Vie du Comité de l’Ain > Assemblées générales du Comité 1905 > AG du 23 février 2009
Publié : 20 avril 2009

AG du 23 février 2009

Etaient présents ou représentés : 35 personnes physiques et morales
Etaient excusés : Jean-François DEBAT, Maire de Bourg en Bresse, Jean-Paul RODET, Vice Président du Conseil général de l’Ain, Monique DUTHU, Maire adjointe de Bourg en Bresse.

La Présidente Françoise MITTERRAND, après quelques mots d’accueil, donne la parole au secrétaire Bernard BOISSON pour le rapport d’activité.

Ce dernier rappelle que, depuis l’assemblée générale du 12 février 2008, le conseil d’administration s’est réuni neuf fois.
Le Comité a organisé cette année encore la fête de la laïcité avec :
- une conférence de presse le 17 novembre annonçant les manifestations et faisant le point sur les différentes atteintes à la laïcité ;
- une soirée débat à la MJC de Bourg le 21 novembre avec Pierre CASSEN, fondateur de la revue en ligne « Riposte Laïque », qui a réuni environ 40 personnes ;
- une soirée débat au Cinémateur autour du film documentaire de Daniel LECONTE « C’est dur d’être aimé par des cons », soirée qui s’est déroulée le 26 novembre et a réuni environ 150 personnes
- le banquet républicain qui s’est déroulé cette année à la salle des fêtes de Bourg en Bresse, avec le spectacle des Diéselles et les interventions habituelles dans ce genre de manifestations, et qui a réuni 125 personnes ;
Cette dernière soirée nous a un peu déçus par son aspect devenu trop conventionnel et nous a amené à nous interroger sur la façon dont nous pourrions organiser cette manifestation autrement.
Un nouveau site Internet a été mis en place, et il nous reste à nous organiser pour le faire vivre en l’actualisant régulièrement. Plusieurs textes sont en attente pour être mis sur la toile.
Le nombre d’adhérents est passé de 67 (dont 14 associations) en 2007 à 94 (dont 11 associations) en 2008.
Enfin, l’association est intervenue par différents courriers auprès du Préfet pour l’installation d’antennes relais sur les églises de l’évêché de Belley-Ars, pour protester contre la procession du 8 décembre à Bourg en Bresse, et à chaque fois qu’elle a été saisie par ses membres et que cela lui a paru utile.
Une participante regrette que nous n’ayons pas été plus actifs vis-à-vis de cette procession, par une contre-manifestation par exemple.
Il est précisé que cela a fait l’objet d’un débat en conseil d’administration, et que la solution de discrétion retenue nous a paru la meilleure, du fait de notre tradition de neutralité sur la voie publique. En effet, une contre manifestation aurai pu être interprétée à tord comme un signe d’intolérance, en outre, elle risquait d’apporter plus d’importance qu’il n’en faut à l’évènement.
Le rapport d’activité est adopté à l’unanimité.

La présidente passe ensuite la parole à la trésorière Sonia SAVOYE pour le rapport financier.
La situation au 1er janvier 2008 présentait un solde positif de 864.11 €. Pour l’année 2008, le total des dépenses s’élève à 3 926.37 € et le total des recettes à 5 389.02 € soit un résultat positif de 1 462.65, dont 1 300 € de subvention qu’une association adhérente (le cercle L.F. SONTHONNAX) a obtenu pour les manifestations de la fête de la laïcité.
Le solde au 31 décembre est donc de 2 326.76 €.
Les vérificateurs aux comptes Mireille AMELE et Jean-Pierre CARRAZ ont pu procéder aux vérifications d’usage et certifient que les comptes sont tenus avec justesse et rigueur. Néanmoins ils souhaitent pouvoir exercer leur mission en ayant les éléments quelques temps avant l’assemblée générale afin de procéder à des contrôles plus approfondis.
Le rapport financier est adopté à l’unanimité.

La Présidente présente ensuite le rapport moral dont l’objet est de susciter le débat. Après avoir rappelé la nécessité de vigilance face aux attaques dont la laïcité fait l’objet, elle indique que le Comité a envoyé un courrier aux députés et sénateurs de l’Ain concernant les lois qui doivent être votées en 2009 à propos du financement de l’enseignement privé et de la reconnaissance des diplômes catholiques. Elle rappelle également que nous participons tous d’une façon ou d’une autre à diverses actions de défense de l’école publique, et que certains ont mené des travaux sur différents aspects comme celui de Pierre POUWELS sur le retour du créationnisme qui pourrait être mis sur le site (des exemplaires sont mis à disposition le soir de l’AG). Néanmoins, si les luttes sociales attirent des participants de tous âges, les actions menées au nom de la laïcité ne regroupent que les convaincus, c’est-à-dire très peu de jeunes. Or nous avons un devoir de transmission et si les jeunes ne s’emparent pas du concept de laïcité, nous aurons en partie failli. Cela nous a amené à nous interroger sur la forme que nous avions choisie jusqu’à présent pour célébrer cette période de l’histoire, forme qui n’apporte pas de réponse immédiate aux questions que peuvent se poser les gens, et qui ne les amène pas à s’exprimer directement sur les parents voilés dans les écoles, le voile à l’université, la séparation sphère privée – sphère publique, la définition de la neutralité de l’Etat, du bien et du mal, de la laïcité positive, etc., sans parler des caricatures anticléricales et arrière-gardistes dont les laïques sont l’objet, et des confusions qui sont entretenues par les ennemis de la laïcité.
Cela nous fait peur car nous sommes conscients de toutes les dérives possibles cachées derrière ces constats, et c’est pourquoi nous avons besoin de vous tous pour inventer de nouvelles formes de fêtes de la laïcité où chacun ait envie de venir débattre, et où la jeune génération puisse découvrir ce concept et le sens qu’il donne aux actions de chacun. Nous devons faire vivre cette culture laïque qui se perd, mais de façon interactive, attrayante, festive pour tous les âges, et en même temps ancrée dans les problèmes et les réalités d’aujourd’hui.

Le débat s’engage dans un premier temps autour des cérémonies laïques dont les textes sont sur le site du Comité et pour lesquelles il est en principe possible d’obtenir une salle de la part des mairies. Pierre POUWELS rappelle que de nombreux parrainages civils sont faits dans le cadre de RESF et souhaite que nous en parlions un peu plus sur notre site.
Daniel ORY, après avoir constaté le peu de fréquentations des différentes conférences, pourtant fort intéressantes, souhaite que les laïques fassent front commun et il insiste sur la nécessité de se rassembler. Il indique qu’il serait nécessaire d’avoir une action en direction des milieux scolaires pour toucher les jeunes.
Jean-Marc JOURDAN rappelle les objectifs du Comité 1905 qui a été créé dans le but de promouvoir la loi de 1905 et pour coordonner les différentes actions. Il souhaite que chaque structure s’implique un peu plus.
Sandrine CULET suggère que nous soyons plus souvent présents dans la presse.
Christian CHEVALLET sollicite le soutien du Comité par rapport aux informations de l’association paroissiale mises sur le site de sa commune. La Présidente répond que nous intervenons à chaque fois que nous sommes sollicités, après décision du conseil d’administration, tout en soulignant que nous le sommes très peu, et rappelle que l’objet du Comité est également d’assurer une vigilance laïque. Daniel ORY indique que la difficulté est d’avoir des informations sur ce qui se passe dans le département. A la question de Marie GLANOIS concernant l’existence de structures identiques dans d’autres départements et au niveau national, il est répondu que de tels comités ont existé dans de nombreux départements en 2005 pour célébrer le centenaire de la loi, mais qu’il en reste assez peu semble-t-il. Peut-être pourrions-nous chercher à créer des liens avec ceux qui ont encore une activité.
Pierre POUWELS suggère que nous organisions une partie de la prochaine fête de la laïcité à Ambérieu autour du personnage de Sébastien CASTELLION, précurseur de la liberté de conscience.
Jean FOURNIER constate également la désaffection des lycéens et des étudiants, y compris lors de conférences à l’IUFM, et pense que le combat pour intéresser les jeunes est primordial, en montrant en particulier que la problématique de l’époque est restée très moderne et est en prise directe avec leurs revendications. Il soutient l’idée de mener une opération auprès des lycéens et des étudiants.
Jean-Marc JOURDAN rappelle qu’à l’occasion des élections européennes, nous pouvons questionner les différents candidats sur la façon dont ils conçoivent la promotion de la laïcité à l’échelon européen.
Personne ne demandant plus la parole, la Présidente remercie tous les intervenants et soumet le rapport moral au vote de l’assemblée. Celui-ci est adopté à l’unanimité.

L’ordre du jour appelant les élections, la Présidente présente les candidatures au conseil d’administration qu’elle a reçues.
Parmi les membres sortant se représentent : Jean-Claude BLANC, Bernard BOISSON, Michel CHAGNARD, Jean-Yves DAUX, Jean-Luc GROSCLAUDE, Jean-Marc JOURDAN, Jean MEUNE, Françoise MITTERRAND, Daniel ORY, Pierre POUWELS, Martine RIOU ADEMI, Jacques ROUX, Sonia SAVOYE.
De nouveaux candidats se présentent également : Marie GLANOIS, Isabelle HENRY, Marie-Christine HYVERNAT, Michel MATRAS, Jean MOLARD, Bernard TERRIER.
Les vérificateurs aux comptes sortant sont également candidats à leur succession : Mireille AMELE et Jean-Pierre CARRAZ.
Personne ne demandant un scrutin à bulletin secret, le vote peut avoir lieu à mains levées. Tous sont élus à l’unanimité.

La prochaine réunion du C.A. aura lieu le 9 mars, à 18h30, au siège des FRANCAS.

La Présidente Françoise MITTERRAND remercie toutes les personnes présentes avant de clore les travaux de l’assemblée générale et d’inviter à partager le verre de la laïcité.